En passant

Premier chant

fontaine

Eau Vive

Tout était presque trop calme. Une brume ouateuse nous enveloppait légèrement dans l’immense salle cathédrale.

Il était là, allongé de toute sa stupéfiante immensité, se crispant discrètement de douleur.

Nous étions tous présent, elle n’allait probablement plus tarder.

On s’observait les uns et les autres, encore un peu étourdi, tout cela était encore si neuf. Certains d’entre nous étions arrivés depuis si peu que la plupart des présences ici étaient nouvelles et pourtant quelque chose de familier semblait nous habiter. Est ce pour cela que tout était si paisible ? Si confiant ?

Nous étions installés autour du grand bassin où l’immense dragon vert sombre se trouvait, ses puissantes pattes avant s’agrippaient aux rebords comme pour tenir à distance la souffrance.

Il était digne et intense, sa plaie béante sur le flanc coulait lentement dans l’eau claire.

Elle entra par une des petites portes latérales, accompagnée par quelques membres de l’équipe de soin. Ebouriffée et habillée d’un long tee-shirt d’homme, manifestement à peine sortie du lit, elle souriait à tout le monde avec ce regard fascinant, à la fois concentré et étonné, ce regard que l’on voit surtout chez les jeunes enfants.

Elle nous fit un geste timide de la main, avant de s’installer sur le bord du bassin, et la tendit pour caresser doucement la peau rugueuse du blessé.

Elle murmurait des petites phrases courtes et douces, puis d’ un signe discret nous indiqua que c’était le moment.

Lentement, le chant commun s’éleva dans la pièce, animant la brume, l’air, l’eau, la structure même de la salle, vibrant chaudement et profondément dans toutes les fibres de l’espace.

Alors, elle s’avança dans le bassin, et plongea ses mains au cœur même de la plaie, provoquant un mouvement léger de contraction à son gigantesque patient.

Geste après geste, elle retirait les sombres masses de la douleur et la dissipait dans l’eau sacrée du bassin, et malgré son aspect de petite humaine mal réveillée, son cœur semblait battre en chacun de nous.

La plaie se referma totalement, elle déposa son front pâle contre les écailles sombres. Puis elle releva la tête dans un sourire.

« Je dois y aller ! Merci à tous ! »

C’était la première fois que je rencontrais la prêtresse.

 

Musique : A Change Is Gonna Come , Leela James