En passant

***

soleil

Soleil

Tu regardes par la fenêtre. Le temps est un peu gris, un peu sale.

Tu as des chuchotements dans la tête, des visages qui se rident, et des yeux qui parlent de suicide. Tout cela n’est plus vraiment limpide, et cela te trouble le cœur à grand coup de relent.

Tu aimerai bien crier, mais ta peau est sèche, et irritée. Alors, tu restes là à regarder la pluie tomber sur la vitre de ton corps.

Tu voudrai bien baiser, mais tes mains sont inertes, le long des borborygmes de ton souffle.

L’autre fois tu as entendu tes veines pleurer, c’était un peu saccadé, et ça se déversait dans tout ton cerveau.

Tu allumes une autre cigarette invisible. Tu ne fumes pas. Tu ne sais pas.

Tes paupières papillonnent sur le vide, tu sens le ciel qui s’engouffre en toi, à grand postillon, et cela te secoue, et t’immerge. Tu as envie de vomir. Alors tu es à genoux, droite et debout, mais à genoux.

Et tu le sais.

Tu continueras à sourire.

Et tu le sais.

Tu continueras à rire.

Et tu le sais.

Tu continueras à frémir.

Et tu le sais…

Le chat, clairvoyant, a préféré se rendormir.  Tu ne te souviens plus vraiment ce qui t’a fait perdre le contact. Tu glisses tes doigts contre ta joue, c’est un peu humide et doux.

Tu te sens soulagée, un peu comme après avoir joui.

Tu regarde le ciel s’écarter sur quelques crevasses de soleil, et tu respire à nouveau normalement.

Tu te dis je t’aime, et pour cette fois, tu trouveras ça plutôt élégant.

Tu iras marcher lentement, au milieu des gens pressés, et parfois tu les percuteras de tes lèvres étirées de joie.

Tu seras leur crevasse de soleil.

Là, au coin de leur ciel gris.

Musique: Rock’N’Roll Suicide, Bowie